Views
11 months ago

Novembre 2017

  • Text
  • Electrique
  • Oslo
  • Suki
  • Rouge
  • Rover
  • Nouveau
  • Velar
  • Voiture
  • Toutes
  • Monde
  • Jaguar
  • Luxe
Les nouveaux Range Rover et Range Rover Sport en version hybrides rechargeables | Pourquoi Oslo montre le chemin de la mobilité électrique? | À la découverte de la passion débridée de Mia Suki | Comment le Discovery “Project Hero” peut révolutionner la réponse de la Croix-Rouge autrichienne aux catastrophes | Une excursion norvégienne spectaculaire dans le nouveau Range Rover Velar

AMÉLIORER LE MEILLEUR N

AMÉLIORER LE MEILLEUR N O U V E A U S O U F F L E Créer un emblème est tout un art, mais le moderniser est un véritable défi. Nous nous attardons ici sur deux projets qui s’appuient sur deux approches très différentes pour l’embellissement de constructions légendaires. TEXTE ORIGINAL S O N J A B L A S C H K E PHOTOGRAPHIES : OLI SCARFF / GETTY IMAGES, DEPOSITPHOTOS 36

« NOUS AVONS LE DEVOIR DE CONSOLIDER CE TRÉSOR NATIONAL POUR LE LÉGUER AUX FUTURES GÉNÉRATIONS. » Quand le palais de Westminster a été reconstruit après le terrible incendie de 1834, aucune tour n’avait été prévue dans les plans initiaux. L’architecte l’a ajoutée bien plus tard – créant au passage la tour de l’horloge la plus célèbre au monde, le véritable emblème de la capitale britannique. Le nom de Big Ben lui a été attribué du fait de sa cloche de 13,5 tonnes, avant sa nouvelle dénomination (Tour Elizabeth) à l’occasion du jubilée de diamant de la Reine Elizabeth en 2012. Le « bong » profond de Big Ben résonne heure après heure, et représente pour beaucoup la voix du Royaume-Uni. Mais bientôt, cette cloche va cesser de ponctuer le temps pendant quelques mois, et les aiguilles s’immobiliseront. Les ingénieurs et les spécialistes de la restauration vont moderniser la tour et son horloge, en vue de les équiper des toutes dernières technologies. Un porte-parole de la commission de la Chambre des communes a commenté ces travaux à la BBC : « Nous avons le devoir de restaurer ce trésor national, tant pour le léguer aux futures générations, que pour respecter ce que nous ont légué nos prédécesseurs. » À la place des ampoules, des LED basse consommation illumineront les cadrans, chacun comprenant 312 panneaux en verre opale. En plus, les LED arboreront des couleurs adaptées aux différentes occasions. Des experts sont en train d’analyser plusieurs combinaisons de couleurs pour les aiguilles, afin d’en amplifier l’effet spectaculaire. Un ascenseur sera également installé, exclusivement destiné aux personnes à mobilité réduite. La plupart des visiteurs respecteront la tradition et se fendront de grimper les 334 marches à pied. De l'autre côté de l'Atlantique, à New York, la renaissance d’un autre emblème est en marche : derrière sa façade de briques Pour façonner le futur tout en respectant le passé, il faut du courage et de l’énergie, que ce soit pour moderniser Big Ben à Londres ou pour réhabiliter l’hôtel Chelsea à New York. rouges flanquée de balcons fleuris en fer forgé noir, l’intérieur de l’hôtel Chelsea est en train d’être réhabilité pour lui redonner son lustre d’antan, lorsqu’y défilaient acteurs, musiciens et peintres comme Frida Kahlo, Leonard Cohen, Bob Dylan, Dennis Hopper ou Andy Warhol, qui ont fait la réputation – bonne ou mauvaise – de l’établissement. Les entrepreneurs prennent toutes les précautions pour préserver le charme et l’ADN qui sont à la source de tant de créativité. Le Chelsea a toujours été à la fois un hôtel et une résidence, certains des habitants y demeurant depuis des décennies. Le nouveau propriétaire depuis 2016, le Dr Richard Born, adore les hôtels-boutiques car ils sont inimitables. « En offrant des produits uniques, nos clients nous restent fidèles, et vous pouvez être sûrs qu’ils ne vont pas nous quitter pour économiser « quelques dollars », affirme Richard Born, dont la philosophie est limpide : « J’aime la rénovation. Une nouvelle construction est trop propre. » La barre est délibérément haute. Lorsque le Chelsea a ouvert en 1905, tout un quartier de Manhattan a été renommé, tellement l’établissement était impressionnant. Avec ses 250 chambres réparties sur 12 étages, c’était le building le plus haut de New York. Pendant 50 ans, Stanley Bard en a été le directeur, un original qui acceptait d’être payé en tableaux et qui a attiré de nombreux créateurs. Ces œuvres d’art ont décoré le lobby pendant de nombreuses années, jusqu’à la fermeture de l’hôtel en 2011. En dépit des travaux, de nombreux résidents historiques sont restés, conservant l’immeuble en vie. Ils sont impatients de vivre la réouverture en 2018 et sont prêts à accueillir de nouveaux hôtes. Car ce sont les rapports entre les résidents et les clients de passage qui ont conféré à cet établissement cette incroyable magie. « À leur manière, c’étaient tous des artistes. Quand nous avons emménagé, nous vivions entre un rocker punk, un bluesman et un violoniste », commente un couple qui y a vécu des jours heureux pendant 20 ans, dans un petit 20 m 2 . 37

 

Land Rover

Onelife Magazine

 

Le Magazine Onelife vous propose des articles inspirants qui vous permettent de parcourir le monde au travers de valeurs propres à Land Rover : le dépassement de soi et la découverte.

Land Rover a toujours symbolisé la liberté d’aller où vous voulez, faire ce que vous voulez. Le dernier numéro de ONELIFE met cette philosophie à l’honneur et vous emmène dans des aventures passionnantes aux quatre coins du globe : d’une petite ville indienne où règnent encore les Land Rover Series I et II, jusqu’aux plaines Irlandaises où Monty Halls profite de son Discovery en famille.

La bibliothèque

Octobre 2018
Avril 2018
Novembre 2017
Avril 2017
Octobre 2016

Jaguar Land Rover Limited: Registered office: Abbey Road, Whitley, Coventry CV3 4LF. Registered in England No: 1672070

Les chiffres fournis sont issus des tests officiels du fabricant conformément à la législation de l'UE. La consommation réelle d'un véhicule peut différer de celle atteinte lors de ces tests, et ces chiffres n'ont qu'une valeur de comparaison.