Views
1 year ago

Octobre 2016

  • Text
  • Rover
  • Nouveau
  • Coupe
  • Monde
  • Copenhague
  • Voiture
  • Vers
  • Nouvelle
  • Ainslie
  • Toujours
À la découverte du nouveau Discovery | Portrait de Ben Ainslie, une légende de la voile | Regard sur le futur de la mobilité et du transport | Copenhague est-elle la ville la plus “cool” au monde ?

BEN AINSLIE Ben Ainslie,

BEN AINSLIE Ben Ainslie, c’est avant tout le marin le plus médaillé de l’histoire des Jeux Olympiques, avec 4 médailles d’or consécutives récoltées à Sydney, Hong Kong, Athènes et Pékin, après avoir obtenu une médaille d’argent à ses débuts à Atlanta. Il a gagné 11 titres mondiaux à la voile et a été couronné quatre fois marin de l’année, un record ! En hommage à son incroyable parcours, il a reçu plusieurs titres honorifiques britanniques. C’est vrai, il collectionne une ribambelle de récompenses et d’honneurs, une tonne de courrier d’admirateurs. Mais si je vous disais que cette superstar conserve ses médailles dans le vieux sac de maquillage de son épouse, qu’il enterre ses divers trophées dans un carton au fin fond de la cave, et que jamais il ne les regarde, alors je peux commencer à vous donner une idée de ce sacré caractère qu’est cet as de la voile, ce mari prénommé Ben. Je suis journaliste sportive et j’ai interviewé, au cours de ma longue carrière, des tas et des tas de sportives et de sportifs, et je suis arrivée à leur trouver un dénominateur commun. Et ce n’est pas du tout ce que l’on pense qui les anime. Non, ce n’est ni l’ambition ni la rage de vaincre qui sont en cause, mais la peur de la défaite. Ben, lui, s’est toujours débrouillé pour esquiver la défaite. L’année prochaine, il va s’embarquer pour le plus grand défi de sa vie. Il projette tout simplement de ramener au Royaume-Uni, avec sa nouvelle équipe Land Rover BAR, le plus ancien trophée au monde, la Coupe de l’America ! Il se rend très bien compte de l’énormité du projet. Certes, aucune équipe britannique n’a jamais été capable de rapporter la Coupe depuis… 165 ans ! Ses chances d’arracher le précieux trophée aux griffes d’Oracle Team USA, le détenteur de la Coupe, sont évidemment assez ténues. Oui mais, Ben a un vilain défaut : le vocable « défaite » ne fait pas partie de son vocabulaire ! Permettez-moi de vous raconter ce que j’ai observé au cours de la dernière Coupe de l’America. Alors que l’événement se préparait durant l’été 2013, nous nous connaissions depuis quelques mois. J’habitais New York où je travaillais pour Fox News, et Ben était à San Francisco, à la barre du voilier « B » de Team Oracle USA. Être un skipper de réserve, ce n’était pas vraiment son truc. Nous en parlions longuement au cours de nos promenades et de nos conversations téléphoniques. Il était clair qu’après avoir atteint tous ces sommets olympiques, Ben se sentait un peu encalminé dans son rôle de second violon derrière Jimmy Spithill, le skipper attitré du voilier Oracle. Il était sur le banc de touche et cela ne lui plaisait pas vraiment. Les courses ont commencé, et les choses ne se sont pas bien passées pour l’équipe américaine. Après cinq points perdus, Larry Ellison, le patron, s’est énervé et a décidé de changer les équipes. Ben m’a appelé cette nuit-là pour me dire qu’il était désormais aux commandes du navire. Et c’est à ce moment que s’est produite la plus spectaculaire remontée de tous les temps. Oracle, qui avait un score déficitaire de 8-1, a terminé gagnant avec un score de 9-8 ! Cela ne s’était jamais vu. La réorganisation « J’AI EU LE initiée par Larry Ellison a MALHEUR changé le cours de nos vies. Les offres affluaient et il fallait DE LE DÉFIER réagir vite. Nous nous sentions bien aux États-Unis, loin AU PING-PONGS » du tumulte médiatique londonien, et nous nous sentions GEORGIE AINSLIE bien ensemble, mais notre relation était nouvelle, et mon travail commençait à prendre de l’ampleur. Devrais-je affirmer que nous avons réfléchi longuement sur notre avenir immédiat ? Oui. En fait, ce fut beaucoup plus simple. Nous avions de la chance. Nous poursuivions le même but : être ensemble, nous poser quelque part, fonder une famille et maîtriser notre avenir. Retourner au Royaume-Uni et constituer l’équipe Land Rover BAR, ce serait assurément s’infliger un travail bien plus écrasant que d’encaisser un gros chèque et de continuer à vivoter aux Etats-Unis. Mais l’appel de la patrie a été le plus fort. Deux ans plus tard, nous voici à Portsmouth en train de préparer la bataille navale pour écraser l’équipe qui, justement, nous a permis de nous retrouver ici : 30

PHOTO JACK BROCKWAY/HIJACK l’Oracle Team USA, dans la 35e Coupe de l’America ! Une histoire pareille, on ne peut la trouver que dans le monde du sport. Et, si nous ramenons la Coupe, l’histoire deviendra un conte de fées ! À la faveur de ces préparatifs, Ben, je le vois bien, gagne en maturité. Pas simple de se transformer tout à la fois en ingénieur naval, en skipper et en capitaine d’une équipe de 140 passionnés, alors que l’on était habitué à se prendre seul en charge. Ce caractère, qui pour beaucoup relève de Dr Jekyll and Mr Hyde, évolue petit à petit ; le solitaire modeste et effacé prend progressivement son essor et parvient à contrôler de tout ce qui est dans l’eau, et de tout ce qui est au sec. Mais il reste avant tout un battant. La semaine dernière, j’ai eu le malheur de le défier au ping-pong. Mal m’en a pris ! Car lorsqu’il m’a dit qu’il était heureux que sa bien- aimée le batte, j’ai vu dans ses yeux que la vérité était bien différente. Moi, je me suis habituée à vivre avec ce personnage improbable. Qui suis-je pour remettre en cause ses impulsions ? À moi de m’organiser pour le seconder. Lorsque nous allons nous envoler pour les Bermudes en Novembre, déménager pour la troisième fois en trois ans nous installera dans une situation bien différente de celle de la 34e Coupe, celle qu’il a gagnée. Il aura une tendre épouse, un bébé prénommé Bellatrix et trainera en laisse nos deux chiens Biggles et Ginger. J’ose espérer que cette stabilité familiale lui procurera l’énergie nécessaire pour répondre aux défis qui l’attendent. Mais il ne faut pas rêver : toutes marques d’affection paternelles ne lui feront pas oublier ce qui l’obnubile. Dès qu’il a un moment, qu’est-ce que vous croyez ? Ben s’enferme dans son bureau, dans lequel il visionne sans arrêt les régates passées afin d’en débusquer les failles. Il peut rester assis des heures pour analyser, pour évaluer, pour ressasser et pour imaginer des martingales. Lorsque le ciel semble lui tomber sur la tête, je l’appelle « Atlas » sans être totalement sûre du bon goût de la comparaison. Mais je sais que l’on attend tellement de lui que cela lui provoque des insomnies. On me demande souvent si j’ai le trac lorsque Ben est sur l’eau. Jamais, au grand jamais. Mais c’est vrai que je me ferais un sacré souci s’il ne gagne pas ! Dans le sens des aiguilles d’une montre : Ainslie avec la Coupe de l’America après sa victoire en 2013, Ben, Georgie et Bellatrix la nouvelle-née, et un rare cliché de Ben Ainslie avec sa médaille d’argent 31

 

Land Rover

Onelife Magazine

 

Le Magazine Onelife vous propose des articles inspirants qui vous permettent de parcourir le monde au travers de valeurs propres à Land Rover : le dépassement de soi et la découverte.

Land Rover a toujours symbolisé la liberté d’aller où vous voulez, faire ce que vous voulez. Le dernier numéro de ONELIFE met cette philosophie à l’honneur et vous emmène dans des aventures passionnantes aux quatre coins du globe : d’une petite ville indienne où règnent encore les Land Rover Series I et II, jusqu’aux plaines Irlandaises où Monty Halls profite de son Discovery en famille.

La bibliothèque

Octobre 2018
Avril 2018
Novembre 2017
Avril 2017
Octobre 2016

Jaguar Land Rover Limited: Registered office: Abbey Road, Whitley, Coventry CV3 4LF. Registered in England No: 1672070

Les chiffres fournis sont issus des tests officiels du fabricant conformément à la législation de l'UE. La consommation réelle d'un véhicule peut différer de celle atteinte lors de ces tests, et ces chiffres n'ont qu'une valeur de comparaison.