Views
11 months ago

Octobre 2016

  • Text
  • Rover
  • Nouveau
  • Coupe
  • Monde
  • Copenhague
  • Voiture
  • Vers
  • Nouvelle
  • Ainslie
  • Toujours
À la découverte du nouveau Discovery | Portrait de Ben Ainslie, une légende de la voile | Regard sur le futur de la mobilité et du transport | Copenhague est-elle la ville la plus “cool” au monde ?

Olly Hicks et George

Olly Hicks et George Bullard avant la mise à l’eau de leur kayak Inuk modifié 18

GREENLAND LEG 1 Knighton Bay – Iceland 180 miles LEG 2 Iceland coastal hop 380 miles ICELAND LEG 3 Iceland – Faroe Islands 270 miles N A V I G A T E U R DEVIL’S DANCEFLOOR FAROE ISLANDS LEG 4 Faroe Islands transit 70 miles LEG 5 Faroe Islands – North Rona 160 miles LEG 6 North Rona – Cape Wrath 50 miles NORTH RONA SCOTLAND houleux. J’avais commencé le kayak à l’âge de sept ans et je me suis toujours senti à l’aise sur la mer, même par temps agité. Mais ce qui nous attendait était une autre histoire… Le premier tronçon entre le Groenland et l’Islande s’est déroulé comme prévu. Il nous fallait traverser 70 km de banquise avant d’atteindre l’autre rive. Par chance, les conditions météo ont été favorables et nous avons pu parcourir les premiers 200 km en 40 heures. C’était la saison des nuits blanches. Les seules variations sont le beau et le mauvais temps. Ce qui signifie que nous devions surveiller les conditions météo pour décider du moment opportun pour quitter l’Islande et tenter notre danse avec le diable. La traversée de la Piste du Diable, entre l’Islande et les Îles Féroé, n’a pas été une partie de plaisir, comme nous nous y attendions. Pour ce segment en pleine mer, nous pensions pagayer pendant six jours et six nuits, à condition que le temps reste parfait. Une fenêtre météo s’est finalement présentée, et nous avons décollé. Mais après 36 heures, le temps a subitement changé et nous avons fait demi-tour. Par chance, un bateau de pêche passait par là. Il nous a recueillis et nous a ramenés en Islande. Nous avons pris un peu de repos et avons recommencé notre veille. Une semaine plus tard, nous dansions à nouveau avec le diable, et nous avons fini par atteindre les Îles Féroé en quatre fois 24 heures. Cet archipel mystique nous a recueillis pendant trois semaines, jusqu’à ce que mère nature veuille bien manifester sa bonne volonté. Après un autre faux départ, les conditions nous étaient favorables. Nous étions déjà un peu barbus et énormément fatigués, mais nous nous sommes lancés. Avec nos affaires détrempées et l’Atlantique à 360° autour de nous, l’aventure virait à l’épreuve. Même en approchant du but, nous Au-dessus à gauche : le périple du Groenland à l’Écosse représente plus de 2000 km en mer. À droite, le Land Rover qui a transporté l’équipement et le kayak du duo. avons compris que nous avions surestimé notre résistance à la fatigue et à la monotonie du maniement répétitif des pagaies ; pourtant, renoncer était hors de question. Sur un kayak seul au milieu de l’océan, la seule option était de continuer à pagayer quoi qu’il arrive. « Pagaye ou meurs », tel était notre mantra. Alors, nous avons pagayé, et pagayé, et encore pagayé. Après 65 heures d’efforts (avec 3 heures de sommeil), le temps a recommencé à nous jouer des tours ; il nous fallait décider de ne pas rentrer à la maison et de nous détourner vers North Rona, un îlot situé à 70 km de l’Écosse. De nouveau, le temps nous a joué un sale tour. Le moment n’était pas venu de mener notre mission à terme. Totalement épuisés et recouverts de sel, nous avons finalement atteint North Rona, presque quatre siècles après l’arrivée des Finnois devant des autochtones éberlués, à l’origine du mythe qui se perpétue. Encore un petit effort, et nous y voilà ! Nous sommes sains et saufs, de retour chez nous, enrichis de cette incroyable expérience. Et pas question de pagayer pour un bon moment ! Embarquer sur le kayak faisait partie de notre défi, mais ce n’était pas le plus dur. Rester dans le kayak jour après jour, semaine après semaine, harnachés dans des vêtements mouillés et souvent dans des conditions éprouvantes, c’est là que nous avons compris notre douleur et pourquoi personne ne s’était frotté à ce périple. Mais c’est ça, notre destinée : nous bouger pour découvrir notre planète et en explorer les moindres recoins. 19

 

Land Rover

Onelife Magazine

 

Le Magazine Onelife vous propose des articles inspirants qui vous permettent de parcourir le monde au travers de valeurs propres à Land Rover : le dépassement de soi et la découverte.

Land Rover a toujours symbolisé la liberté d’aller où vous voulez, faire ce que vous voulez. Le dernier numéro de ONELIFE met cette philosophie à l’honneur et vous emmène dans des aventures passionnantes aux quatre coins du globe : d’une petite ville indienne où règnent encore les Land Rover Series I et II, jusqu’aux plaines Irlandaises où Monty Halls profite de son Discovery en famille.

La bibliothèque

Octobre 2018
Avril 2018
Novembre 2017
Avril 2017
Octobre 2016

Jaguar Land Rover Limited: Registered office: Abbey Road, Whitley, Coventry CV3 4LF. Registered in England No: 1672070

Les chiffres fournis sont issus des tests officiels du fabricant conformément à la législation de l'UE. La consommation réelle d'un véhicule peut différer de celle atteinte lors de ces tests, et ces chiffres n'ont qu'une valeur de comparaison.