Views
11 months ago

Mai 2019

  • Text
  • Particulier
  • Propre
  • Cours
  • Faire
  • Evoque
  • Vers
  • Nouveau
  • Shenzhen
  • Monde
  • Rover
Shenzhen avec le Range Rover Sport PHEV | Un essai à bord du nouveau Range Rover Evoque | Architecture moderniste des années 50 en Allemagne | George Bamford et le vrai luxe | Rencontre avec Charlie Duke, un homme qui a marché sur la lune | Sous-culture du carnaval au Brésil

CULTURE Décorations,

CULTURE Décorations, pompons, lumières clignotantes et tout ce qui brille envahit Guadalupe, un quartier de Rio. Des bandes de fêtards déguisés et masqués paradent dans les rues. Les costumes rappellent les anciennes cours européennes, mais les figures de néon et les parures irisées sont résolument modernes. Les tenues sont bariolées et baroques. Après une année de préparation, les participants ressemblent à des paons orgueilleux. Les ombrelles, les fumées colorées et les feux d’artifice surgissent de toutes parts. Les gamins prennent le pouvoir sur la rue. Tous ces tableaux et d’autres visions irréelles sont représentés dans This is Bate Bola, un court métrage mis en scène par Ben Holman et Neirin Jones. Actuellement présenté dans plusieurs festivals, le film plonge le spectateur au cœur de cette sous-culture carioca, beaucoup moins connue. Bien loin du grand Carnaval, le bate-bola réunit des dizaines d’équipages de prolétaires qui concoctent leurs propres thèmes, créant une compétition surréaliste entre différents quartiers, avec des costumes et des accessoires subtilement élaborés. Provoquant simultanément joie et inquiétude, le bate-bola est issu des traditions africaines et européennes, dans lesquelles les hommes masqués, frappant le sol avec des vessies de porc, excitent et effraient les foules. Aujourd’hui, les vessies sont remplacées par des globes de plastique attachés à des bâtons – une batte et une balle, d’où le nom. Ben Holman est un réalisateur de documentaires britannique qui a déjà un long palmarès. « Mobilisezvous sur vos prochaines vacances, et remontez le temps pour en faire un film crédible », plaisante-t-il. Ses nombreux films dévoilent des histoires poignantes issues du monde entier. Tout comme ses films, Ben Holman est chaleureux et affable. Son approche énergique et réaliste se voit immédiatement : il a une jambe dans le plâtre suite à un tournage mouvementé. Suite à son rêve d’enfance de passer le passage du millénaire à Copacabana, Ben se partage entre Londres et le Brésil. « Je me suis toujours senti proche de la culture sud-américaine grâce à des amis de jeunesse qui en étaient issus ». Ben se remémore ses appréhensions initiales, du fait d’idées préconçues générées par des films tels que City of God. « Certes, ici, il y a des tueurs et des flingues », dit-il. « Mais on voit aussi des mamies et des gosses qui s’accommodent de la situation. J’ai l’impression que, moi aussi, je m’intégrerais dans cet environnement ». Au cours d’un été, alors qu’il cherchait un sujet plus profond que les stéréotypes sur Rio, Ben, boxeur amateur, est tombé sur une ONG qui organisait des matches de boxe éducationnels dans les favelas. Il s’est tout de suite senti proche de ces communautés et a proposé de les filmer pour les aider à mieux se faire connaître. Un membre de cette communauté, Alan Duarte, a alors créé sa propre ONG, Abraço Campeão. Raconter son histoire fut le défi que se lança Ben Holman. Son film The Good Fight a reçu le trophée du meilleur documentaire au festival de courts-métrages de Tribeca. Des subventions s’en sont suivies qui ont permis d’aider les jeunes issus de ces communautés. Les films de Ben Holman sont empiriques et intimes. On y ressent l’atmosphère, la frénésie et le pouvoir sensoriel du moment. Ils donnent la voix à des populations marginalisées : « Mon œuvre se concentre essentiellement sur les lieux et les gens qui me semblent incompris ou sous-représentés, exclus des médias. Je tente de montrer la réalité. C’est ainsi que, dans Bate-Bola, je montre cette générosité, cette chaleur qui se dégagent de ces communautés. Ce sont des idées fortes, totalement fidèles à la réalité ». « Bate-bola dégage une énorme énergie, un mélange de bruits, d’odeurs et de folie. C’est enivrant mais aussi un peu inquiétant. J’y ai trouvé une vraie métaphore des communautés des favelas ». Ben Holman a délaissé sa profession de Ben Holman voit dans le publicitaire à Londres pour se dédier aux bate-bola un bon exemple d’une documentaires qui mettent au jour les situation qui peut avoir besoin histoires cachées du monde d’être appréhendée de l’extérieur. « Ces gens sont localement invisibles. S’ils portent des masques, c’est pour attirer l’attention. En dehors de leur petite communauté, ils ne sont pas connus, ne sont pas respectés et n’obtiennent aucune reconnaissance pour la beauté de leurs costumes et de l’art qui s’en dégage ». Le théâtre de bate-bola est parfaitement ressenti au cours des projections de son film. À Chicago comme à Londres, des projections privées ont été suivies de standing ovations, une improvisation de musiciens brésiliens et des musiciens de la bande-son de son film, Ben Lamar Gay’s band, le tout amplifié par d’énormes baffles, pour reproduire l’atmosphère du carnaval. Ben Holman espère que This is Bate-Bola promouvra ce phénomène trop peu compris, et fera connaître d’autres aspects de Rio, une ville qui ne se réduit pas aux clichés du Carnaval. « Selon moi, Rio est tout à la fois la plus belle et la plus laide ville du monde », affirme Ben. « Elle a des aspects sombres, mais, en même temps, chaque semaine que j’y ai passée a été parsemée de moments spéciaux, voire magiques ». DÉCOUVREZ LE FILM Visionnez This is Bate-Bola et découvrezen davantage sur l’œuvre de Ben Holman sur www.beijafilms.com 64

RIGHT XXXXXX « ENIVRANT ET INQUIÉTANT, BATE-BOLA EST UNE VÉRITABLE MÉTAPHORE DES FAVELAS » 65

 

Land Rover

Land Rover Magazine

 

Land Rover Magazine vous propose des articles inspirants qui vous permettent de parcourir le monde au travers de valeurs propres à Land Rover : le dépassement de soi et la découverte.

Land Rover est synonyme de véhicule aux performances d’exception. C’est aussi un état d’esprit où curiosité, sens de l’exploration et capacité à l’émerveillement irriguent chaque aventure. Retrouvez cette approche dans ce Land Rover Magazine : de la rencontre sur la côte hollandaise entre le Land Rover Discovery et un troupeau sorti de l’Âge de glace à un périple californien en Range Rover Evoque parmi les pionniers de l’innovation en architecture écologique.

La bibliothèque

Décembre 2019
Mai 2019
Octobre 2018
Avril 2018
Novembre 2017
Avril 2017
Octobre 2016

Jaguar Land Rover Limited: Registered office: Abbey Road, Whitley, Coventry CV3 4LF. Registered in England No: 1672070

Les chiffres fournis sont issus des tests officiels du fabricant conformément à la législation de l'UE. La consommation réelle d'un véhicule peut différer de celle atteinte lors de ces tests, et ces chiffres n'ont qu'une valeur de comparaison.